A QUOI SERVENT LES TESTS EN PSYCHOLOGIE ?

La psychologie fait partie des sciences humaines. À ce titre, elle valorise une démarche hypothético-déductive. En conséquence, le thérapeute que vous consultez peut vous proposer de passer un test.

A partir de cet aperçu de départ, il pourra ensuite vous suggérer des solutions adaptées.

Cependant, le grand public ignore la réelle utilité d’un test de psychologie. Il arrive d’ailleurs souvent qu’il se détourne de sa fonction thérapeutique initiale.

Comme il serait fastidieux d’énumérer l’ensemble des protocoles utilisés, je vous propose sur cette page de comprendre le principe et la finalité de l’évaluation en psychologie.

Le protocole du test et la recherche scientifique

De façon schématique, le test psychologique est un outil pour confirmer ou infirmer un postulat.

  1. Un premier entretien permet de définir l’hypothèse de départ. Elle prend par exemple la forme : ” l’individu X rencontre des difficultés pour réaliser un calcul mental ».
  2. Des résultats provisoires débouchent ensuite sur un questionnement de plus en plus précis. Par exemple : « la mémoire de travail est affectée lorsque X traite des données spatiales ».
  3. Les déductions successives participent à l’élaboration du diagnostic et du plan d’action.

Pour résumer, un test fournit de précieuses informations sur le fonctionnement psychique d’une personne, en train de faire quelque chose…

Les protocoles de passation prennent des formes distinctes :différents protocoles des tests psychologiques

  • Ce sont par exemple des problèmes à résoudre.
  • Ce sont aussi des questionnaires, et certains sont parfois très longs…
  • Encore plus abstrait, le test utilise des images et il est question d’imaginer, de projeter ses pensées.
  • Et pourquoi pas, il propose une mise-en situation dans la vie de tous les jours, sur une période déterminée.

Les calculs psychométriques du test reposent toujours sur trois étapes :

  • Le psychologue convertie les notes brutes de l’examen clinique (le test) en scores standards (cf. loi normale). Il attribue ainsi une moyenne et un écart type pour chaque performance.
  • Il compare ensuite les réponses étalonnées avec celles d’individus qui partagent une ou plusieurs caractéristiques identiques. Ce sont par exemple des enfants d’âge similaire, ou qui présentent les mêmes symptômes…
  • Un algorithme statistique détermine si les différences avec le groupe étalon sont significatives, ou si au contraire la variation n’a pas lieu d’être interprétée.
courbe de Gaus pour l'interprétation des résultats

Courbe de Gaus (loi normale) pour l’interprétation du QIT

Des applications pratiques très concrètes…

test wisc-v épreuve des cubes

En définitive, qu’ils soient projectifs ou cognitifs, le psychologue utilise ces protocoles scientifiques pour apporter une réponse précise à un problème complexe.

Les résultats fournissent des éléments pour étayer une hypothèse de travail : ce peut être un diagnostic médical, la mise en place d’une remédiation, l’efficacité d’un traitement.

En aucune façon, un test ne permet de classer les individus, de pointer leurs éventuelles faiblesses. De plus, cette évaluation ne doit pas écarter la part subjective, souvent non quantifiable de la rencontre thérapeutique.

” L’intelligence, ce n’est pas seulement ce que mesurent les tests, c’est aussi ce qui leur échappe ”, Edgar Morin

Voici l’exemple concret d’un WISC-V. Ce test (page descriptiveévalue les forces et faiblesses cognitives des enfants de 6 à 16 ans. Dans ce cas, un jeune garçon de 7 ans présente les symptômes caractéristiques du trouble de l’attention (TDAH).

Du point de vue développemental, l’ensemble des opérations mentales que le test évalue sont comparées à celles des sujets d’âge similaire.

Le psychologue quantifie ensuite les retards observés.

Par exemple, on ne parle de “trouble” que lorsque les performances diffèrent d’au moins deux écarts types, par rapport à celles du groupe contrôle. Dans le cas contraire, il s’agira plutôt d’un déficit.

Mais le test s’inscrit toujours dans un protocole de soin spécifique…

principales application du test en psychologieUne démarche d’investigation nécessite donc plusieurs séances. L’examinateur compile et compare les résultats des différents tests afin d’établir un profil psychologique.

Je précise cependant que cette “radiographie » correspond à un moment déterminé (le stade de développement) et à un contexte particulier (la situation thérapeutique).

Le bilan que le psychologue réalise doit avant tout tenir compte des objectifs de départ, des évolutions positives envisageables et bien sûr de l’influence de l’environnement.